Close

7 juillet 2021

[Histoires] #BLASPHÈME/Partie I (histoire très touchante)

BLASPHÈME

Partie I

J’en avais marre d’être là brebis galeuse de la famille, j’en avais marre d’être toujours relégué au second plan, j’en avais marre de toujours voir ma sœur cité en exemple. C’était elle qui avait réussi, qui avait fait un beau et bon mariage, qui avait fait de longues études, qui ait réussi, moi je n’étais que la roue de secours, j’avais même l’impression que s’il le pouvait mes parents m’auraient donné aux enchères. Je ne savais pas pourquoi mais il aimait elle que moi et je ne le supportais plus, j’étais jalouse d’elle à la limite je la détestais, elle avait tout ce dont je voulais, tout ce que je recherchais, elle avait fait de longues études et était ingénieur biologiste dans un cabinet privé , elle était marié à un homme d’affaires qui gagnait des millions par mois, elle ne manquait de rien et avait 2 magnifiques enfants. Moi, je n’avais rien j’avais juste le Bepc et j’étais incapable d’avoir le bac depuis 4ans maintenant, je vivais en famille et la ville de Bouaké où nous étions avait déjà subi tous mes assauts sexuels, hommes célibataires comme mariés étaient tous passés par ma cave mais aucun n’avait voulu me marier, j’étais montré du doigt aujourd’hui par toutes les femmes et même nos voisines qui n’avaient pas échappé au lot mes parents étaient déçus de moi. #aphrodisialova Maman ne faisait que m’insulter toute la sainte journée et je ne le supportais plus, j’étais leur servante, leur souffre-douleur, je ne pouvais plus le supporter, j’avais juste 24ans et j’avais envie de vivre et d’être comme ma soeur aînée. Clarisse c’est le nom de ma grande sœur me ramenait plein de choses quand elle venait nous rendre visite, elle m’envoyait des vêtements à la mode, des sous-vêtements, du maquillage, je ne cessais de l’envier tellement elle était belle, son teint était devenue d’une clarté et elle avait pris du poids, je rêvais tellement d’avoir sa vie, d’être elle.

Je suis rachelle Konan, jeune fille baoulé originaire de la ville de Bouaflé, papa ayant été affecté à Bouaké à décidé d’y prendre sa retraite, il était gendarme et maman institutrice, ils avaient eu 4 beaux enfants 2 filles et 2 garçons dont moi la toute dernière. Eric l’aîné de la famille avait décidé de suivre la voie de papa et d’entrer dans l’armée il exerçait aujourd’hui comme garde du corps d’un haut gradé de l’armée, claude quand à lui était aller se chercher en france comme on le dit, il s’en sortait plutôt bien et il ramenait régulièrement de l’argent, Clarisse vous le savez déjà était l’exemple parfait, toujours cité en exemple dans les réunions de famille, toujours elle et encore elle, moi j’étais celle qui faisait la honte de la famille. Mes parents ne faisaient rien pour me rassurer par moment même je pensais au suicide mais je savais qu’un jour j’y arriverai un jour je serai plus forte que Clarisse. Mes prières prirent forme quand Clarisse demanda à maman de me faire venir sur abidjan car son mari lui avait offert un magasin de pagnes et de bijoux et elle voulait une personne de confiance en l’occurrence moi pour gérer son magasin. Maman lui a dit que j’espère que toi au moins tu pourras la canaliser, que tu pourras faire sortir le non qu’il reste en elle, Clarisse a sourit et elle a dit à maman qu’elle exagérait et que j’avais juste besoin d’être mis en confiance. Elle m’a dit que je gérerai le magasin mais je prendrai également des cours du soir afin de valider mon bac j’étais heureuse de quitter maman même si j’avais du mal au coeur de quitter mon petit papa chéri que j’aimais plus que tout, il était aussi triste mais il m’a donné sa bénédiction, il savait que j’étais ambitieuse et je réussirai. C’est donc la joie au coeur que j’ai quitté la ville de Bouaké, cette ville qui ma tout appris et qui m’a tout pris à la fois, je savais que jamais je n’y reviendrai, moi qui n’avait jamais mis mes pieds dans la grande ville d’abidjan, la petite villageoise serait celle qui ferait mal demain. Je regardais les images défilés sous mes yeux et je voyais mon avenir se dessiner sans le savoir ma sœur faisait entrer le loup dans la bergerie….

À Suivre…..

Articles lus 31 fois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 × 27 =


× Ecrivez nous et posez vos problèmes